CHRONIQUES ALBUM

Chroniques

 

 magazine "ZICAZIC" (07-2014)

http://www.zicazic.com/zicazine/index.php?option=content&task=view&id=11667


Chronique zicazic fred delforge 10 07 2014 10533383 743616375684656 327787906367337507 n

" Un quart de siècle passé sur les planches aura fini de donner envie à cette artiste franco-allemande de se lancer sans aucune retenue dans son premier album solo et si les aléas de la vie et de la route l’auront contraint à repousser l’échéance, c’est bien entourée que Suzy Kremp alias Suzy K. nous dévoile cette fois un condensé de tout ce qu’elle a en elle, un album dans lequel elle met en valeur ses talents de chanteuse et de musicienne mais aussi de femme et de mère. Enregistré au fameux Studio Amper par l’indispensable Jean-Pascal Boffo qui, outre les manettes se charge aussi de tenir les guitares et autres sitars,  « Heavy Things & Peaceful Waters » se promène entre le dépouillement de la folk et la complexité de la soul avec en prime des accents qui vont de la world au jazz en passant par la pop, la liste non exhaustive tirant profit de la présence de Marc Loescher à la guitare jazz, Laurent Payfert à la contrebasse, Romain Bour à la basse, Sarah Tanguy au violoncelle, Marie-Charlotte Bruere aux violons, Pierre Cocq-Amann aux saxophones et aux flûtes, Joe Nicolaus au piano et David Metzner et Hervé Rouyer aux percussions et à la batterie. Plongé entre délicatesse et sensualité, on se laisse très vite convaincre par des compositions pleines de relief, des chansons qui sentent bon les influences de grandes chanteuses parmi lesquelles on citerait volontiers Joan Baez ou encore Janis Joplin mais aussi peut-être Bessie Smith. Imaginées au format guitare et voix, les mélodies que nous propose Suzie K. glissent naturellement et avec beaucoup d’ingéniosité vers des instrumentations plus fouillées avec quelques beaux arrangements de cordes mais aussi des parties de piano bien senties, l’association de toutes les bonnes choses regroupées dans l’album donnant un véritable feu d’artifice où l’on remarquera forcément les « Coffin Drummin’ », « Peach Tree », « Ring Rang Rung », « Sit Down And Wait » et autres « One More Song ». Immédiatement séduit par les belles mélodies, on saluera aussi un digipack à l’artwork plein d’inspiration où, cerise sur le gâteau, les paroles sont proposées en version originale mais aussi en Français et en Allemand. Pas bête ! "

Fred DELFORGE

 


 


magazine "PLOUC"  (07-2014)

Suzy k plouk

" 'Le poids des choses et les eaux paisibles' ou les douze plaisirs capitaux de la belle Suzy K.. Plaisir de nous livrer ses troubles, ses déchirures. Plaisir de nous offrir ses fantasmes et ses espoirs avec classe et passion. La voix se veut câline, charmeuse jusqu'à l'envoutement... Et l'on est bluffé par la beauté du verbe distillé au subtil dans la langue des Beatles - Oui, pour le coup, Shakespeare en devient obsolète tout comme la Tour de Babel qui s'en mord la langue. Tout ça pour vous dire que les textes apparaissent en trois langues au cœur du livret (anglais, français, allemand)... Il est donc quasiment impossible de passer à côté de la poésie de cette petite fée franco-allemande dont le feeling à fleur de rêve transpire à chaque seconde qui passe. Et ce n'est pas un hasard si Suzy a choisi de confier ses plans à Jean-Pascal Boffo, grand bâtisseur et chef de chantier d'une équipe fidèle et surdouée où l'on croise l'indétrônable Hervé Rouyer (Il fut un temps les fûts d'ANGE), l'élégant Romain Frati et tant d'autres perles qui font de la Lorraine ce creuset talentueux, osmose indispensable à la musique d'ici... Suzy K., c'est la vie qui chante aux oreilles du ciel ..."

Christian DÉCAMPS

 


 


magazine "L'ESTRADE" (07-2014)

http://fr.calameo.com/read/00119817259f2f27945af

Estrade suzy k 07 2014

" C'est une véritable armée de musiciens qui est venue prêter main forte à la chanteuse allemande et lorraine d'adoption Suzy K pour ce premier album autoproduit, où elle a décidé de se concentrer sur sa voix et de déléguer même les parties de guitare qu'elles interprétait elle-même. Contrebasse, saxophones, basse, piano, violon, se bousculent sur douze chansons où l'écriture de Suzy Kremp livre les pesanteurs et les moments de sérénité, entre réflexions et confidences. A chaque piste quasiment une ambiance musicale différente, pour un patchwork folk néanmoins cousu avec précision et visiblement pas mal d'amour. "

 


 

 

Date de dernière mise à jour : 21/11/2014